Actualités

Suite au succès de l’atelier et au nombre de participants, nous vous proposons cette année deux nouvelles pièces ! Elles seront données fin juin au Petit théâtre d’Onex-Parc (Rue des Bossons 7 – 1213 Onex)

  • Trois femmes de Catherine Anne
     jeudi 20 juin > 20:00  –  samedi 22 juin > 17:00  –  dimanche 23 juin > 19:00
  • Journal d’un escroc d’Alexandre Ostrovsky
    vendredi 21 juin > 20:00  –  samedi 22 juin > 20:00  –  dimanche 23 juin > 16:00

Réservations par mail :  compagnielatruite@gmail.com
Entrées :  Adultes 20.-  / Etudiants 10.-  /  Gratuit jusqu’à 12 ans
Offre spéciale : Pour 25.- vous pouvez assistez aux deux spectacles !!

Accès :  Le théâtre se trouve à côté de la piscine d’Onex dans l’école d’Onex-Parc. (Cf plan ci-dessous)

Capture bossons 4

 

Arnaques, débrouillardise
& ascension socialeCapture d_écran 2018-12-03 à 13.05.22

Les textes choisis nous embarquent dans deux siècles et deux univers complètement différents, la Russie du 19ème avec le « Journal d’un escroc » d’Alexandre Ostrovsky et la France contemporaine dans « Trois femmes » de la dramaturge Catherine Anne.

Nous retrouvons pourtant dans ces deux récits, deux héros jeunes et fauchés et prêts à tout pour se faire une place dans un monde qui ne leur promet rien… « La fortune sourit aux audacieux » paraît-il !

Sont ici brossés également les tableaux de deux mondes bousculés par leur propre modernité. La Russie d’Alexandre Ostrovsky tout d’abord est chamboulée par la fin du servage. Les aristocrates désargentés doivent apprendre « le travail », cette triste invention bourgeoise qui les oblige à « l’utilité » !! L’argent désormais détrône les titres, mais la « ruse » aurait-elle aussi son rôle à jouer dans la partie ?

La France de la fin du 20ème siècle ensuite, voit sonner le glas de ses trente glorieuses. Serait-ce également celui de sa classe moyenne ? Catherine Anne dépeint ici une société confrontée à ses nouvelles problématiques : précarité, allongement de la vie, solitude… Cent ans plus tard, l’argent, lui, préside toujours bien à définir classes et parcours. Et si l’occasion faisait le larron ? À nouveaux temps, nouvelles rencontres improbables… et nouvelles intrigues !

20190407_142250